Devageet who was Oshos personal dentist
Devageet who was Oshos personal dentist

Devageet

Devageet – Le dentiste personnel d’Osho vient de décéder. Il a écrit ce poème après avoir reçu la diagnose du cancer. Il était un géant d’or qui a quitté ce monde dans un état meilleur grâce à la richesse de son partage généreux… Je m’incline en signe de gratitude devant son esprit rugissant…

J’ai un cancer.

Il a dépouillé mes lendemains.

Mon arbre de vie a été réduit à l’essentiel.

Il y a une nouvelle pureté d’intention.

Les priorités sont mises à l’épreuve.

Le cancer a dissous la procrastination, et

Je suis resté joyeux et reconnaissant.

Le cancer a volé mes bagages,

Maintenant, de façon inattendue, je vole plus haut.

Peut-être que je me trompe moi-même.

Comment puis-je savoir?

Simplement en pénétrant profondément dans mon cœur.

Là je trouve la joie, la bonne humeur, la reconnaissance et le plaisir.

Seul dans la nuit; je me réveille plusieurs fois ces jours-ci, le cancer révèle sa nature d »éveil.

Mon sommeil a été profond mais maintenant,

Grâce à l’oncologie, j’ai dépassé la psychologie.

Quel rire!

Je n’ai pas besoin de savoir ce qui va suivre.

Je dois simplement être présent ici-maintenant.

Le rire, la joie, la méditation, l’amour, l’amitié,

Sont avec moi pendant ce voyage surprenant.

Ils sont ici, maintenant, au moment où j’écris.

Même cette chimiothérapie s’avère un ami inattendu.

Qui aurait pu deviner? Pas moi.

Je me souviens qu’Osho disait,

N’agissez jamais par peur.

Agir par peur, même si cela semble juste, est toujours perçu, tôt ou tard, comme faux.

Je cherche moi-même la peur.

Se cache-t-elle?

Je ne l’ai pas encore trouvée.

Mais la recherche a trouvé un autre bijou inattendu:

La méditation et la conscience peuvent maintenant pénétrer même mon sommeil.

 

Le cancer a fourni le coup dont j’avais besoin.

Je me considérais depuis longtemps comme le président du club des «ceux qui apprennent lentement».

Lentement ou pas, le cancer a montré que quelque chose s’est produit et continue de se produire.

Oui, je me trompe peut-être.

Et alors!

Je suis dans la vérité, la conscience et le bonheur.

Assis ici-maintenant, un ancien méditateur, plein de médicaments cytotoxiques, pleurant tranquillement la perte de sa barbe,

Je me surprends à sourire, puis à rire aux éclats.

Je danse à l’intérieur.

J’aime le ridicule de ce paradoxe qui se produit.

Qui l’aurait deviné?

Pas moi.

Mais puis, n’est-ce pas, Osho a dit, la mort vient en dansant.

Cet ici-maintenant ne ressemble pas à la mort, mais plutôt à une vie améliorée.

Quoi qu’il arrive, n’importe quand, je suis prêt,

Reconnaissant bien au-delà de ces pauvres mots.

Devageet ’15 Jan 1938 – 26 jan 2021′

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *