Troisième patriarche chinois du Zen après Bodhidharma et trentième patriarche après Siddhārtha Gautama Bouddha.

(Le Hsin Hsin Ming –

des versets sur la foi en l’esprit)

Le Maître de Sōsan pendant six ans était Huike dont le Maître était Bodhidharma que Bouddha avait envoyé en Chine.

John David

 

 

Sōsan: Je suis rongé par la maladie. Veuillez m’absoudre de mon péché.

Huike: Apportez votre péché ici et je vous en absoudrai.

Sōsan: (après une longue pause): Quand je cherche mon péché, je n’arrive pas à le trouver.

Huike: Je vous ai absout. Vous devriez vivre selon le Bouddha, le Dharma et la Sangha.

Voici le texte intégral

La Grande Voie n’est pas difficile
Pour ceux qui n’ont pas de préférences.
Renonce à l’attraction et à la répulsion
Et elle se révèle.
Mais si tu fais la moindre distinction,
Tu t’en éloignes, comme le ciel garde ses distances par rapport à la terre.
Si tu souhaites réaliser la vérité,
Ne t’attache à aucune opinion favorable ou défavorable à l’égard de quoi que ce soit.
La lutte entre ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas
Est la maladie de l’esprit.
Quand le sens profond (de la Voie) n’est pas compris,
La paix innée de l’esprit est troublée.
Aussi vaste que l’espace infini,
La Voie est parfaite et rien ne lui manque.
C’est dû à la saisie et au refus
Que tu ne vois pas les choses, comme elles sont.
Ne t’empêtre pas dans les choses
Et ne te perds pas dans la vacuité.
Sois tranquille dans l’unité des choses,
Et le dualisme disparaît de lui-même.
Si tu tentes de mettre un terme à l’activité
Pour atteindre la passivité,
Un tel effort te charge d’activité.
Aussi longtemps que tu t’attaches aux opposés,
Tu ne connaîtras pas l’unité.
Ceux qui ne comprennent pas la Voie
Affirment ou nient la réalité des choses.
Si tu nies la réalité des choses, tu manques leur réalité plus profonde
Et si tu affirmes la réalité des choses, tu manques la vacuité de toutes choses.
Plus tu y penses
Et plus tu t’éloignes de la vérité.
Mets un terme à toute pensée
Et il n’y a rien qui ne te sera révélé.
Retourner à la racine, c’est trouver l’essence.
Poursuivre les apparences, c’est manquer la Source.

A l’instant de l’illumination,
Tu dépasses les apparences et la vacuité.
Les changements qui semblent se produire dans le monde
Ne semblent réels qu’à cause de l’ignorance.
Ne cherche pas la vérité,
Cesse seulement de chérir des opinions.
Ne t’attache pas aux vues duelles,
Évite soigneusement de telles habitudes.
Ne subsisterait-il qu’une trace de bien et de mal
Et l’esprit se perd dans la confusion.
Quand bien même toutes les dualités émanent de l’Un,
Ne t’attache même pas à l’Un.
Quand l’esprit demeure imperturbable dans la Voie,
Il n’y a plus d’erreur.
Quand les choses ne peuvent plus être fautives, c’est comme s’il n’y avait plus de choses.
Quand l’esprit ne peut plus être dérangé, c’est comme s’il n’y avait plus d’esprit.
Quand les objets de la pensée disparaissent, le sujet pensant disparaît.
Quand l’esprit disparaît, les objets disparaissent.
L’apparition de l’autre engendre le moi,
La génération du moi engendre l’autre.
Reconnais ces deux faces apparentes,
Comme une seule vacuité.
Dans cette vacuité, les deux sont indifférenciables
Et chacun contient le tout en lui-même.
Quand aucune distinction n’est faite entre ceci et cela,
Comment peux-tu préférer l’un à l’autre ?
La grande Voie englobe tout.
Elle n’est ni simple, ni difficile.
Ceux qui s’appuient sur des points de vue limités sont inquiets et irrésolus.
Plus ils se hâtent et moins vite ils vont.
Leur attachement n’a pas de frontière.
Même s’attacher à l’illumination, c’est s’égarer.
Laisse juste les choses telles qu’elles sont
Et il n’y a ni allée ni venue.
Sois en harmonie avec la Voie
Et tu seras immunisé contre les turbulences.

Lié par tes pensées, tu perds la vérité,
Tu t’alourdis, tu t’obscurcis, tu deviens las.
Ton esprit est troublé.
Alors pourquoi s’accrocher à quoi que ce soit ou rejeter quoi que ce soit ?
Si tu veux suivre la Voie unique,
Ne répudie même pas le monde des sens et des idées.
En effet, leur acceptation totale
Est identique à la véritable illumination.
Le sage ne vise aucun but,
Le sot s’entrave lui-même.
Il n’y a qu’un seul Dharma et non plusieurs.
Les distinctions émanent des exigences persistantes de l’ignorant.
Utiliser l’esprit pour remuer l’esprit
Est l’erreur primordiale.
La tranquillité et le trouble proviennent de la pensée.
L’illumination ne connaît ni préférences, ni aversions.
Toutes les dualités émanent
De l’extrapolation ignorante.
Elles sont semblables aux rêves ou à des mirages
Que les sots tentent de saisir.
Gain et perte, bien et mal,
Renonce maintenant à ce type de pensées.
Si la vigilance ne dort jamais,
Tous les rêves cesseront naturellement.
Quand l’esprit ne fait pas de distinctions,
Toutes les choses sont comme elles sont, d’une seule essence.
Comprendre le mystère de cette essence unique,
C’est être libéré de tous les imbroglios.
Si toutes les choses sont vues sans faire de différence,
Tu retournes à l’origine et demeures ce que tu es.
Considérant le mouvement dans l’immobilité et l’immobilité dans le mouvement,
Mouvement et immobilité disparaissent.
Si ces dualités cessent d’exister,
Même l’unité ne peut exister.
Cet état ultime n’est lié
Par aucune règle ni aucune description.
Pour l’esprit réalisé qui ne fait qu’un avec la Voie,

Tout agir cesse.
Les doutes et les hésitations disparaissent.
En toi, la vérité est bien établie.
Tu es d’un seul coup libéré de la servitude.
Rien ne s’accroche à toi et tu ne t’accroches à rien.
Tout est limpide, clair et rayonnant
Sans aucune nécessité d’exercer l’esprit.
Ici, pensée, ressenti, savoir et imagination
Sont inutiles.
Dans cela,
Il n’y a ni moi, ni un autre que moi.
Pour t’y ajuster promptement,
Nie simplement la dualité.
Dans cette non-dualité,
Rien n’est séparé et rien n’est exclu.
Les illuminés de partout et de toutes les époques
Ont ‘’personnellement’’ réalisé cette vérité.
La Vérité se situe au-delà du temps et de l’espace.
Un instant est l’éternité.
Ni ici, ni là,
Mais partout toujours sous tes yeux.
Infiniment vaste et infinitésimale,
Il n’y a pas de différence, les définitions ont disparu
Et on ne peut distinguer aucune frontière.
Il en va de même de ‘’l’existence’’ et de la ‘’non-existence’’.
Ne perds pas ton temps à discutailler
En tentant de saisir l’insaisissable.
Mêle-toi à une chose et à toutes choses,
Sans distinction.
Vivre dans cette réalisation,
C’est ne t’inquiéter ni de perfection ni d’imperfection.
Placer ta foi dans la Voie, c’est vivre sans séparation
Et dans cette non-dualité, tu t’unis à la Voie.
Paroles ! Paroles !
La Voie transcende tout langage.

Les mots n’ont jamais pu, ne peuvent pas
Et ne pourront jamais décrire la Voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *